Samedi 7 octobre 20h Banzo : Edmundo Carneiro et Alê Prade

Samedi 7 octobre 20h Banzo : Edmundo Carneiro et Alê Prade

Edmundo Carneiro, percussion et Alê Prade au piano

Banzo pour Piano et Percussion est le résultat de la rencontre créative entre les musiciens Edmundo Carneiro et Alê Prade dans un champ fertile de confluences, où le multiple matrices rythmiques de la culture musicale brésilienne cherchent place à l’expérimentation par l’inter-relation avec la musique des sphères contemporaine. Dans ce contexte, le duo présente un univers multiforme qui mélange naturellement les racines de la musique brésilienne dans ses différentes nuances rythmiques, mélodies et harmoniques avec les langues de la musique atonale, planimétrique et spectrale.

Le Pouls fait un trajet qui va de l’état pur, cyclique et périodique jusqu’à dilution dan le domaines du timbre.

Le mot “Banzo” en portugais a gagné plusieurs significations et utilisations, mais le plus connu est un état d’esprit qui peut aller de l’excitation et la nostalgie presque toujours lié à un contact avec l’inattendu.

Les pièces musicales présentées combinent des thèmes instrumentaux de Edmundo Carneiro et Ricardo Fiuza (Banzo 1-11) avec des compositions électroacoustiques, planimétrique et improvisation libre par Alê Prade.

Le résultat révèle un panorama riche et dynamique qui allie modernité et l’ascendance mettant l’accent, surtout, le moment présent et le potentiel de la rencontre créative.

Edmundo Carneiro

Edmundo Carneiro est né pendant l’été 1958 à Macaubal, une petite ville du nord de l’état de Sao Paulo. De sa fratrie, il sera le seul héritier de la passion de son grand-père pour la musique. Bercé par les percussions de la fête de la folie des rois qui rythmait les saisons de sa petite enfance, sa vie va se construire autour d’une seule question: le rythme. Alors que ses copains de classe jouent aux billes, lui s’intéresse aux disques vinyles et s’inscrit à la fanfare pour étudier la caisse claire et le surdo. A l’aube de ses quatorze ans sa famille s’installe à Campinas, il y fréquente fanfare de l’école, et se passionne pour Hermeto Pascal, Baden Powell et Jobim. Très vite, il comprend que derrière le son des percussions ce sont ses origines noires qu’il cherche. Qu’à cela ne tienne, il apprend à jouer des atabaques dans un tereiro de Umbanda, et plus tard, jouera dans les cérémonies de Camdomblé.

Les chansons de Milton Nascimento, Lo Borges et Tonino Horta l’accompagnent jusque dans les club de musique où il exerce son talent avec différentes formations.

À 19 ans, il obtient le prix du meilleur instrumentiste au festival de la faculté de musique de Campinas dirigé par le grand maitre Benito Juarez. Anna de Hollanda le remarque et l’invite à travailler à Sao Paulo.

Elle lui présente José Celso Martinez Correia, grand metteur en scène du théâtre Officina. Musicien reconnu au club de musique « personne », Carneiro monte son propre groupe « Extra » avec lequel il se plonge dans la composition. Zé Eduardo Nazario son professeur de musique, anarchiste, originale, lui enseigne l’échange musicale, la même philosophie qu’il développera par la suite.

En 1985, il exerce ses deux arts en étant musicien et acteur dans une émission pour enfant « Catavento » à la TV Culture de Sao Paulo et travaille en parallèle dans les studios d’enregistrements.

Deux ans plus tard, Edmundo Carneiro atterrit à Paris, c’est le choc avec la world musique. Pour celui qui cherchait ses racines musicales, la surprise est immense. Quasiment toutes les cultures sont là, africaine, caribéenne, martiniquaise, guadeloupéenne, maghrébine, indienne et brésilienne. La façon dont on perçoit la musique de son pays, lui ouvre l’esprit, excite sa curiosité et l’inspire. Il renouera avec son Brésil et ses artistes qui font la scène Parisienne…

Ironie du sort, il faudra qu’il joue de son bérimbau, instrument emblématique de Bahia, aux confins des tropiques, sur l’ile de la réunion, dans un bar de St Denis, pour rencontrer Jacques Higelin le plus Parisien des chanteurs français.

La passion entre les deux artistes fera le reste. Avec Jacques il écumeratoutes les scènes françaises et croisera

les grands noms de la chanson de l’époque, Léo Ferré, Paco Ibanez, Brigitte Fontaine, etc…

Mais c’est à Paris que Edmundo va faire ses trois écoles comme il le dit. Trois rencontres formatrices, essentielles à ses yeux ; à travers l’album qu’il enregistre avec Rosinha de Valenca, les scènes partagées avec le jazz-brésilien de Tania Maria ou la chanson « trois amis à Paris » qui symbolisera sa relation passionnel avec Baden Powell et le saxophoniste Cacao de Queiros, du temps des afro-samba. Aura-tilenfin trouver ses racines ?

Qu’importe, avec Edmundo Carneiro tout est passion, à son tour, il a envie d’écrire et composer pour lui, s’en suivront 6 albums et une musique de film et puisque la musique c’est aussi l’art des rencontres, d’autres grands artistes le rejoindront sur scène ou en studio, Arte Black, Ray Lema, De la soul, docteur Lonnié Smith et bien d’autre encore …

Aujourd’hui, c’est pour le Musée des Confluences, qu’il termine deux créations qu’il a nommées :

Banzo et Rythmes & Timbres. Il prépare actuellement un album avec Andy emler au piano et lui aux percussions, car pour Edmundo Carneiro, la musique est un espace de liberté totale qui n’a pas de frontière, ni dans le coeur des hommes, ni dans leur souffle, ni dans leur instrument…

Didier Sustrac

Alê Prade

Alê Prade est un musicien, peintre et poète brésilien / italien basé à Londres depuis 2015. Il est né en 1968 et, dès son plus jeune âge, s’intéresse profondément à l’acte créatif et à toutes ses manifestations multiples. En 1977, il a commencé ses études de musique en tant que flûtiste chez FAP-Art à São Paulo sous la direction du célèbre H.J.Koellreutter et Laura Abrãao, avec qui j’ai pu étudier la perception de la musique, l’analyse formelle, l’harmonie fonctionnelle et traditionnelle. Ale Prade a étudié le contrepoint avec Vera Cury, la guitare classique avec Henrique Pinto et Giacomo Bartolloni et l’histoire du piano et de la musique avec Maria de Lourdes Zicari BelPiede.

Après cela, en concomitance avec le cours de composition et de formation au collège, en 1988, il est devenu membre du groupe sélectionné d’étudiants du grand chef d’orchestre, compositeur et musicologue H.J.Koellreutter, dont il a appris la composition, l’orchestration, l’esthétique, l’histoire de contrepoint, le classique et analyses phénoménologiques modernes de la musique. Ale a commencé ses recherches en technologie musicale, synthèse sonore, compositions assistées par ordinateur, MIDI et ingénierie sonore.

Depuis 1988, il a fait des productions musicales, des enregistrements, du mixage, du design sonore, des compositions, ainsi que des cours de musique. Dans sa collection de compositions, vous trouverez de la musique instrumentale solo ou ensemble au solo électroacoustique ou mixte. présenté: Musique contemporaine – Instrumental, Vocal, Planimétrique, Electronique, Electroacoustique solo et mixte. Guitare – Performance de ses compositions. Piano – Performance de ses compositions. Maison des Flammes – Projet autorisé des chansons.

Ek-Stasis – Ensembles multiformats, y compris planimétrie, électronique en direct, électroacustique et improvisation.

Vortex – Groupe axé sur l’expérimentation de sons de Piano électrique.

Kromos – Groupe axé sur l’expérimentation de sons de guitare électrique.

Spiral Koinon – Projet de musique électronique.

Calligraphie – Composition, performance et poésie des chansons.

Coproduit et interprété la musique pour le spectacle et le CD de Romance Vol. II, avec la célèbre actrice Marisa Orth. Participe en tant que claviériste et concepteur de son pour Candombless Project chez Carlinhos Brown.

Dans toutes ces performances, Alê a partagé la scène avec de nombreux invités différents tels que Caetano

Veloso, Miuxa, Daniel Jobim, Ronaldo Bastos, Mariane de Castro, Paulo Ricardo, Fabiana Cozza, André Abujamra, Carlos da Fé, Odair José, Eduardo Dusek, Marcelo Jeneci , Edgar Scandurra, As Chicas, Natália Barros, Da Lua et Tony Platão.

À côté des DJ et des musiciens, Carlo Dall’Anese et Fábio Castro, ont intégré Sweetmad Band. Prade était également directeur musical de Daniela Procópio, avec laquelle il a joué en tant que pianiste, guitariste et chanteur sous la direction artistique d’Eumir Deodato. Créé et produit la piste sonore de la pièce de théâtre « The Mystery of Irma Vap » dirigée par l’icône du théâtre brésilien Marília Pêra et des bandes sonores pour les films d’animation « The Hero sauve la ville dans la chaussure » du cinéaste argentin Yannet Briggiler.

Dans les arts, il a commencé en 1982 la production de ses propres dessins à l’encre noire, de la couleur de l’eau, de la gravure et, quelques années plus tard, travaille comme illustrateur. Au cours des dernières années, son travail comprend une vaste production de peinture, d’art numérique et d’intermedia ayant participé à Solo et Group Exhibitions et reçu des prix dans divers salons et foires dans le monde entier et est devenu membre de la Société Académique « Arts-Sciences-Lettres » de Paris.

En tant que poète, a développé la recherche et la création de poésies intermédiaires, numériques, visuelles et

sonores, outre le format traditionnel. Les débuts de l’artiste dans Poetry Anthologies et son livre en 1993, Pollen), édité par Letras Contemporaneas, suivi de Star Opera, Suspended Beach (Plage flottante), étangs aveugles, Mille langues de Madresilva.

Le projet le plus récent est une Intermidia maximaliste appelée Génération Freedoom impliquant la poésie, l’installation et les arts de la scène.

www.aleprade.com

www.soundcloud.com/aleprade

www.facebook.com/aleprademusic

www.facebook.com/alepradearts